Les pluies d'animaux

chute araignées

Pluie d'araignée en Australie

En Australie, non loin de Canberra, au début du mois de mai 2015, des champs entiers ont été recouverts de toiles d'araignées, puis, en levant les yeux, les habitants ont pu aperçevoir une pluie de millions d'araignées et des voiles de soie dans le ciel. Craignant une invasion, ils ont interpellé les médias et les scientifiques.

En début de mois, plusieurs localités du sud-est australien se sont ainsi drapées d'une allure «résolument hantée», rapporte le quotidien américain Washington Post. Les témoignages des habitants sont éloquents et ont de quoi pétrifier d'angoisse les arachnophobes. A Goulburn, «vous ne pouviez pas sortir de chez vous sans avoir des toiles partout sur le corps, jusque dans la barbe!», raconte Ian Watson au Sydney Morning Herald. «Je suis à 10 minutes de la ville et je peux clairement voir des centaines de petites araignées flottants avec leur toile», précise-t-il, demandant «que quelqu'un appelle un scientifique».

 

Crédits photo : Keith Basterfield

Crédits photo : Keith Basterfield

 

Le phénomène, bien qu’impressionnant et digne d’un scénario de film d’horreur, est parfaitement normal et connu des scientifiques. Cela se produit au moment de la migration des araignées, qui utilisent cette technique dite de la « montgolfière » pour voyager. Ces jeunes araignées de la région de l’Outback montent dans les arbres et jettent alors un fil de soie dans les airs, afin de se faire embarquer par le vent, les utilisant comme des parachutes.

Grâce à cette technique, les jeunes araignées peuvent voyager sur des milliers de kilomètres, certaines se retrouvent même en Antarctique. Mais pour celles-ci, c’est la mort assurée, un sort que n’auront pas connu ces araignées tombées sur Goulburn en Australie, qui étaient bien vivantes au moment de tapisser le sol, et qui ne sont pas nocives, ni pour la végétation ni pour l’homme.

 

chutes poissons

Des poissons tombés du ciel

Longtemps, les pluies de poissons et de grenouilles sont restées confinées au domaine de la légende, la plupart dans un contexte de malédiction divine ou de mauvais présage, depuis de tels évènements ont fait l’objet de preuves scientifiques.

Le 9 février 1859, une pluie d’épinoches (petits pois) sous-marin ou d’eau douce, s’est abattue sur la ville galloise de Mountain Ash, dès lors, les scientifiques se sont penchés plus précisément sur le phénomène des pluies animales. En 2015, une pluie de poissons s'est également abattue en Thaïllande.

Au fil des dernières décennies, de nombreux cas historiques ont été recensés, du 2ème avant J.C jusqu’à nos jours. Il apparait que ces phénomènes ne se limitent pas aux poissons et batraciens, mais s’étend également aux insectes, escargots, oiseaux, chair, sang, pierres, même si ces dernières catégories se produisent plus rarement.

Frogs falling from the sky magnolia 31608118 1338 801 500x299

Pluie de grenouilles en Serbie

Le trafic routier s’est arrêté et des habitants sont rentrés chez eux lorsque que des milliers de grenouilles tombèrent du ciel sur un village serbe, les habitants d’Odzaci ont dit au journal local "daily Blic" qu’ils pensaient que c'était la fin du monde. Aleksandar Ciric a dit : « J’ai vu toutes ces petites grenouilles qui juste commencèrent à pleuvoir. Il y en avait des milliers. »

D’un autre village, Caja Jovanovic a ajouté : « Cet énorme ’nuage’ semblait venir de nul part et sa couleur et forme semblait très étrange. Nous nous demandions tous ce que c’était quand soudainement des grenouille ont commencé à tomber du ciel. Je pensais peut-être qu’un avion transportant des grenouilles avait explosé dans les airs ». Mais le climatologue expert Slavisa Ignjatovic ajoute qu’il y a une simple explication scientifique pour cet incident, « Un tourbillon a aspiré d’un lac les grenouilles, la mer ou d’autres corps d’eau n’importe où et les ont apporté jusqu’à Odzaci où elles tombèrent sur le sol. C’est un phénomène scientifique reconnu. »

Dans la Bible, une pluie de grenouilles est l'une des 10 plaies d'Égypte (Exode 8:2), châtiment divin des Égyptiens. La Bible évoque d’autres interventions célestes de ce type, comme la pluie de cailles tombant du ciel qui s'abat dans le désert sur les Hébreux pour les sauver de la faim, bénédiction divine (Exode 16:13).

Tentatives d’explications

Une récente théorie met en relation pluies de poissons et avions, lesquels déverseraient par accident leur cargaison sur les régions survolées. Bien que cette théorie bénéficie d’une grande popularité dans les milieux scientifiques, les témoignages issus des temps anciens où l’aéronautique n’existait pas la réfutent indubitablement

L’hypothèse la plus répandue reste celle des poissons et des grenouilles qui, aspirés par des tornades ou des trombes, seraient rejetés lorsque la puissance du vent diminuerait, cette théorie apparaît la plus adaptée à une explication du phénomène, toutefois différents paramètres viennent s’inscrire en faux.

En effet, plusieurs témoignages font état de pluies animales concernant exclusivement une espèce, la pluie de sardines par exemple qui s’abattit en 2002 sur le nord de la Grèce ou bien les épinoches qui déferlèrent sur Mountain Ash.

Le plus étonnant est le phénomène de « tri des espèces » : une tornade, en se déchaînant, devraient logiquement entraîner diverses espèces de poissons, d'amphibiens, des pierres, des plantes, et même des morceaux de terre, de plus, ces pluies animales se concentrent généralement sur une petite surface.

A Mountain Ash, les poissons se sont répandus sur une zone de 800 mètres carrés, les déclarations des observateurs font état de 2 pluies, à 10 minutes d’intervalle. Un tel phénomène signifierait donc que la tornade aurait stagné 15 minutes sur le même site afin de se délester en 2 x des poissons vivants. Une telle éventualité demeure certes possible, mais relève de la plus haute improbabilité.

Le 3ème argument infirmant la théorie de la tornade reste les états différents des animaux, 2 cas recensés en Inde, en 1833 à Futtpoor et en 1836 à Allahabad, rapportent une pluie de poissons, non seulement mort, mais desséchés.

En 1896, à Essen, s’est abattue une pluie de carassins (une espèce de carpe) pris dans la glace, tandis qu’à Mountain Ash, il s’agissait de poissons vivants, visiblement indemnes après la chute. Bien que certaines pistes existent, le phénomène des pluies animales demeure encore un mystère à l’heure actuelle.

Autres pluies d'animaux : 

À l'époque moderne, et grâce à l'essor de la presse, des témoignages beaucoup plus fiables et toujours plus nombreux attestent du phénomène. Quelques exemples choisis :

  • En 1578, de grosses souris jaunes s'abattent sur la ville norvégienne de Bergen.
  • En 1625, une pluie de grenouilles a touché Tournai. De même, d'après un certain John Collinges, une pluie de crapauds se serait abattue sur la ville anglaise d'Acle, dans le comté de Norfolk, si bien que le patron de la taverne du village dut les enfourner par centaines pour s'en débarrasser.
  • Le 26 février 1636, en Franche-Comté, des oiseaux morts par milliers et de toutes sortes ont été retrouvés entre Dole et Salins, selon les "Lettres de Besançon" de Raphael Isaac David.
  • Le 16 février 1861, la ville de Singapour connaît un important tremblement de terre, suivi de trois jours de pluies importantes. Après trois jours et la fin des pluies, les habitants découvrent dans les flaques des milliers de poissons chats. Les autochtones affirment les avoir vus tomber du ciel, les occidentaux se montrent plus prudents dans leurs témoignages. Une fois les eaux retirées, on trouve d'autres poissons dans les flaques asséchées, notamment à des endroits n'ayant pas été touchés par l'inondation.
  • 15 janvier 1877 : Le Scientific American rapporte une averse de serpents, atteignant pour certains 18 pouces de long (soit environ45 cm), sur la ville de Memphis le 15 janvier 1877. On trouve aux États-Unis plus d'une quinzaine d'exemples de pluie d'animaux au seul xixe siècle.
  • Le 7 septembre 1953, des milliers de grenouilles tombées du ciel envahissent les rues de Leicester dans le Massachusetts.
  • Le 18 août 1961, à Santa Cruz en Californie, une pluie d’oiseaux se jette contre les domiciles. Une étude de 2011 a montré que des conditions marines et météorologiques particulières ont produit une efflorescence d'algues notamment des Pseudo-nitzschia pouvant produire de l’acide domoïque. Ces algues furent consommées par des poissons puis par des oiseaux puffins fuligineux. Les volatiles intoxiqués sont alors venus percuter la côte. Ce fait divers a été l’une des influences du film "Les Oiseaux" d’Alfred Hitchcock.
  • En 1968, les journaux brésiliens évoquent une pluie de chair et de sang s'abattant sur une aire relativement large (1 km²).
  • En janvier 1969, des canards morts tombent sur la ville de St. Mary's City dans le Maryland. D'après le Washington Post du 26 janvier 1969, le vol de canards avait été frappé de mort subite en plein vol, comme s'il avait subi une explosion, que personne n'a pourtant vue ou entendue.
  • En 1978, il pleut des crevettes en Nouvelle-Galles du Sud (Australie)
  • Au début du mois de juin 2009, il pleut des têtards dans plusieurs villes de la préfecture d'Ishikawa au Japon. Les scientifiques n'arrivent pourtant pas à expliquer pourquoi cela s'est produit : il n'y a pas eu de vents violents qui auraient pu être à l'origine de ladite pluie selon l'observatoire local de météorologie.
  • Pluies d'oiseaux morts de janvier 2011.
    • Le soir de la Saint-Sylvestre 2010-2011 : 5000 oiseaux morts tombent à moins de 1 km autour de la ville de Beebe, en Arkansas. La plupart sont des carouges à épaulettes (Agelaius phoeniceus). Un responsable des services vétérinaires de l’État de l'Arkansas, George Badley, affirme à l’Agence France-Presse être « presque sûr que c’est un traumatisme qui a causé la mort » des oiseaux.
    • 4 janvier 2011 : 500 oiseaux tombent raides morts en Louisiane, ainsi que plusieurs dizaines dans la ville suédoise de Falköping. L'analyse des dépouilles de Falköping par l'Institut vétérinaire national suédois en révèle que la mort résulte d'hémorragies internes dues à des chocs sur le corps, sans signe d'infection ou de maladie, et sans trace extérieure de ce qui aurait pu les tuer.
    • 7 janvier 2011 : 80 pigeons tombent morts près de la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures au Québec.
    • 8 janvier 2011 : Pluie de tourterelles et de pigeons à Faenza près de Ravenne en Italie (plusieurs centaines).
  • Le 9 août 2012 : Pluie de poisson dans la commune du Lorrain sur l'île française de La Martinique.

Pour nous suivre sur Facebook

Cliquez sur J'aime Fleche coteFleche cote

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

×