Le Cercle de Goseck

Le plus vieil observatoire solaire qui ait jamais été découvert dans le monde, plus vieux encore que Stonehenge.
 
Le land (l'état) de Saxe, en Allemagne orientale, est une terre aristocratique, riche en châteaux, en bibliothèques et en galeries d'art. Mais le plus grand de ses trésors n'est pas conservé dans une collection ni dans un musée. Le Cercle de Goseck, du nom de la localité voisine de Burgenlandkreis est considéré comme le plus ancien observatoire astronomique d'Europe, il est profondément ancré dans la campagne. Mais après son ouverture au public en 2005, on l'a aussi baptisé le "Stonehenge allemand".
Ce sont des pilotes, qui en survolant la Saxe, ont découvert le cercle en 1991, remarquant que les céréales y poussaient suivant une étrange géométrie circulaire. Ce site était composé, à l'origine, de quatre cercles concentriques, d'un tumulus, d'un fossé et de deux palissades en bois à la hauteur d'une personne, ouvertes sur séries de portes tournées, l'une vers le sud-est, l'autre vers le sud-ouest et la dernière vers le nord.
 
 
Goseck1
 
 
Le complexe est constitué d'un ensemble de tranchées concentriques, creusées dans le sol pour former un cercle de 75 mètres de diamètre. A l'intérieur, deux palissades circulaires s'ouvrent sur trois portes disposées avec précision pour permettre d'observer les mouvements du Soleil et des étoiles. Il semble que la structure remonte à la période néolithique : certains objets découverts sur le site remontent à 5000 ans avant Jésus-Christ, soit 2000 ans plus tôt que Stonehenge.
 
Cependant, d'après l'archéologie officielle, les hommes de cette période ne possédaient pas les connaissances mathématiques et astronomiques permettant de réaliser le cercle de Goseck, ni encore moins pour en faire un observatoire. Il semble que la surprenante structure allemande veuille nous contraindre à réécrire l'histoire ou à bâtir des hypothèses de science-fiction.
 
Il y a 7000 ans, le jour du solstice d'hiver, il aurait été possible pour un homme qui se serait mis au centre du cercle de voir le soleil se lever et se coucher à travers les deux portes du versant sud. En revanche, on ne sait pas encore vers quoi était orientée la porte du nord.
Plus de deux cents sites similaires sont répartis entre l'Allemagne, l'Autriche et la Croatie. On n'y observait pas que les astres dans le ciel. Dans ces complexes sacrés, se déroulaient des cérémonies mystérieuses et tombées dans l'oubli : au cours des fouilles archéologiques, ont été exhumé des ossements humains et des squelettes d'animaux décapités, probablement des vestiges de sacrifices à des divinités appartenant à un culte inconnu.
 
Disque de nebra
 
Il semble que le cercle de Goseck puisse permettre de résoudre un autre mystère du passé : celui du disque celeste légendaire de Nebra. En 1999, a été retrouvé à Nebra, en Allemagne, à l'intérieur de plusieurs tombes en pierre, un surprenant objet en métal, de forme circulaire : un disque de 32 centimètres de diamètre, fabriqué dans du bronze sur lequel étaient posées des plaques en or représentant le soleil, la lune et une série de 7 étoiles, que quelques chercheurs ont identifiées comme étant la constellation de la Pléiade et aussi 23 autres étoiles supplémentaires, non identifiées.
Il y a, en outre, trois plaques en forme d'arc dont deux décrivent les mouvements du soleil. La troisième plaque représenterait en revanche, un bateau qui pourrait bien se rapporter à l'ancienne croyance du bateau solaire, responsable du parcours céleste du Soleil durant la nuit. Cet objet est vieux de 3600 ans et l'on estime qu'il s'agit de la première carte stellaire jamais réalisée au monde. La localité de Nebra ne se trouve qu'à 25 kilomètres de Goseck, il se peut que ce disque mystérieux représente la synthèse de toutes les connaissances des prêtres qui, depuis le milieu du complexe de Goseck, étudiaient les cieux.
 
 
Nebra 1
 
 
A la lumière de ces considérations, il faudrait repenser l'image barbare communément attribuée à l'ancienne Europe du Centre et du Nord, apparaissant toujours comme attardée et à des années-lumière de la Grèce ou de l'Egypte.
Faut-il alors réécrire l'histoire ? Il semble que la réponse à cette demande, soit cachée parmi les deux cents observatoires astronomiques abandonnés sur les terres froides de l'Europe du Centre et du Nord.

Localisation avec Google Earth (Zoom)

L''observatoire Néolithique de Goseck (Allemagne)

Le DISQUE DE NEBRA - Cabinet de curiosités #11

---------------------------------------------------------------------------------------

Pour nous suivre sur Facebook 

Cliquez sur J'aime Fleche coteFleche cote

Sources :

Giulo Di Martino & Roberto Giacobbo

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.